» La Guerre » d’Otto DIX – HDA – 3ème

Otto Dix – « Der Krieg »,« La Guerre »

1929-1932 ; Le panneau central est un carré de 204 cm de longueur, les panneaux latéraux mesurent 204 cm de hauteur sur 102cm de largeur.60cmx204 cm pour la prédelle .Technique mixte sur bois ; conservée au musée de la ville de Dresde. Cette œuvre qui appartient au courant artistique de « la nouvelle objectivité »
( Neue Sachliechkeit en Allemand), questionne le thème de la guerre et ses atrocités.

OTTO DIX fait référence à l’art ancien

C’est une peinture réalisée avec la technique de la tempera, le support est en bois.
La technique de la tempera , technique picturale d’usage courant jusqu’au Xvème, et la forme du
triptyque ( 3 panneaux peints dont 2 volets peuvent se refermer sur celui du milieu).

Le triptyque se développe essentiellement dans le domaine de la peinture religieuse en Europe au Moyen-âge. Mise à part la similitude du format, le triptyque « Der Krieg » n’a rien de religieux.

le retable d’Issenheim peint par Matthias Grünewald (XVIème)
Position fermée Position ouverte

Otto Dix inscrit son travail dans une perspective religieuse. Il s’inspire en particulier de l’un des retables les plus célèbres : le retable d’Issenheim (Alsace) peint par Matthias Grünewald (XVIème)

Pour sa prédelle, Otto Dix s’inspire d’une peinture de Hans Holbein (peintre et graveur allemand du XVIème siècle) : « Le Christ mort », 1521. Cette référence donne à penser que Dix envisage le soldat comme un sacrifié, un martyr.

« Der krieg » est composé de 3 panneaux principaux et d’une prédelle. Chaque panneau «se lit» dans le sens des aiguilles d’une montre. Il s’agit donc là d’un cercle , d’un éternel recommencement de l’enfer : des soldats montent au front, combattent et meurent pour certains, reviennent à l’arrière, se reposent, repartent au front, combattent à nouveau et se font en partie à nouveau décimer.

Œuvre figurative – on reconnaît des éléments du réel : il s’agit de scènes de guerre.

« Der Krieg » est une œuvre engagée. Il choisit de témoigner de sa propre expérience traumatisante de la guerre. Confronté aux pires horreurs humaines, sa vision est désenchantée et révoltée à la fois. Il veut nous convaincre de l’horreur et de la bêtise de la guerre par ses représentations cruelles

Technique mixte sur bois ; 204×104 cm pour chaque panneau et 60cmx204 cm pour la prédelle ; 1929-1932 ; conservée au musée de la ville de Dresde. Cette œuvre appartient au courant artistique de « la nouvelle objectivité » ( Neue Sachliechkeit en Allemand)

Les trois panneaux principaux du triptyque sont éclairés d’une lumière blafarde. Elle provient du coin supérieur gauche de la partie centrale et atteint les panneaux extérieurs. Elle permet de relier les trois panneaux.

Dessin : Les angles et les lignes rythment l’espace, les personnages sont littéralement enfermés dans le cadre. Le dessin précis détaille le fond de la même manière que le premier plan. La figuration des objets est crue dans cette atmosphères dérangeante aux espaces désorientés. C’est une volonté d’objectivité dans le dessin des détails qui supporte le message de cette œuvre. On perçoit le rendu analytique des détails aux accents caricaturaux (exagération).

Couleur / lumière : l’œuvre est dominée par une gamme de couleurs froides pour évoquer l’atmosphère glaciale du vent de la nuit dans le brouillard du nord de l’Europe. Le peintre utilise d’autre part, une lumière froide et surnaturelle par des jeux de lumière qui mettent en avant certaines parties du tableau.

Facture (Technique) Le rendu des aspects des textures, des carnations, des matériaux une touche picturale sensible. La matérialité de la peinture permet une description des éléments organiques.

La technique de la tempera : il s’agit d’une des premières techniques utilisées dans l’art pictural. Elle
apparaît dès l’art égyptien. Elle consiste à mélanger des pigments ,poudre issue de produits naturels écrasés –par exemple le lapis-lazuli, pierre de couleur bleue- avec une substance ,jaune d’œuf ou colle, permettant
d’obtenir une pâte qui sert de peinture. Cette technique est l’ancêtre de la peinture à huile que l’on utilise
aujourd’hui, elle a été utilisée jusqu’au XVIème siècle. Rares sont les artistes qui l’utilisent encore. Otto Dix utilise volontairement la tempera, une technique plutôt utilisé au moyen âge et à la renaissance pour les triptyques religieux notamment. Par cet acte il donne un caractère sacré à ces soldats qui partent pour la guerre. Ils sont « crucifiés » dans la souffrance par l’acte de guerre pour défendre leur patrie.

les œuvres d’Otto Dix sont considérées comme art dégénéré par les nazis. Ce sont eux qui ont appelé art dégénéré toutes les œuvres d’art moderne allant à l’encontre de leurs idéaux artistiques à savoir l’art héroïque.

Nouvelle Objectivité. . Cette tendance artistique, apparue en Allemagne à la fin de la Première Guerre mondiale et qui s’est prolongée jusque dans les années 30, fut essentiellement une réaction spontanée contre l’Expressionnisme, au moment où celui-ci n’était plus contesté et gagnait même d’autres arts (cinéma, théâtre), c’est-à-dire entre 1918 et 1925.

Pour voir la video de l’éditeur Belin, taper dans Google youtube hda la guerre otto dix belin,
ce sera le premier lien….
bon courage! et n »hésitez pas à poser des questions!

ci dessous un lien d’une très belle analyse par un professeur de l’académie de Versailles

http://www.clg-masaryk-chatenay.ac-versailles.fr/IMG/pdf/texte_analyse.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s